Les modifications apportées à la Loi sur l'immigration ne criminaliseront pas les plaisanciers

Le ministère de l'Intérieur a confirmé que les modifications apportées par le gouvernement à l'article 25 de la loi sur l'immigration de 1971 ne s'appliquent qu'à ceux qui aident illégalement l'immigration et aident les demandeurs d'asile à entrer au Royaume-Uni. Cela signifie que les plaisanciers pourront secourir les personnes en détresse comme ils le font actuellement.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a déclaré à la RYA : « Des gangs criminels impitoyables mettent des vies en danger en faisant passer clandestinement des personnes à travers la Manche, c'est pourquoi nous modifions la loi afin qu'elles puissent être condamnées à la prison à vie. Les organisations et les individus pourront continuer à secourir les personnes en détresse en mer comme ils le font actuellement. »

La RYA a accueilli favorablement l'assurance que les modifications apportées à la Loi sur l'immigration ne criminaliseront pas les plaisanciers.

Le sous-secrétaire d'État parlementaire au ministère de l'Intérieur, le député Tom Pursglove, a déclaré lors de l'audience de la commission du projet de loi sur la nationalité et les frontières le 28 octobre que le gouvernement reconnaissait la bravoure des volontaires travaillant pour la RNLI et les équipages des canots de sauvetage qui entreprennent un travail essentiel pour protéger la vie en mer.

Une déclaration publiée par la RYA ce mois-ci indiquait qu'il était de l'intention de modifier le projet de loi pour garantir que des organisations telles que la RNLI, celles dirigées par les garde-côtes de Sa Majesté et les personnes qui remplissent leurs obligations de sauvetage des personnes en détresse en mer puissent continuer comme ils le font maintenant. Dans le même temps, le gouvernement devait s'assurer qu'il n'offrait pas par inadvertance des failles susceptibles d'être exploitées par des gangs criminels qui chercheraient tous les moyens d'éviter les poursuites.

L'amendement signifiera que les plaisanciers qui fournissent volontairement une assistance aux migrants en détresse conformément à l'esprit humanitaire de la Convention SOLAS et les faire atterrir au Royaume-Uni n'exposera pas de responsabilité pénale.

« Avec le nombre croissant de réfugiés et de migrants qui se dirigent vers le Royaume-Uni dans des bateaux inadaptés et surpeuplés, on nous demande fréquemment de fournir des éclaircissements sur ce qui doit être fait si les plaisanciers rencontrent un tel navire », a déclaré Stuart Carruthers, responsable de la croisière RYA.

« Il doit être moralement juste que lorsqu'un bateau peut fournir une aide volontaire, il peut le faire sans craindre d'atterrir du mauvais côté de la loi. Nous reconnaissons que l'obligation énoncée dans SOLAS de fournir une assistance n'est pas absolue. Il est peu probable qu'un petit bateau de plaisance soit en mesure de fournir une assistance significative à un bateau transportant un nombre important de migrants et il est tout à fait possible que l'équipage de sauvetage se mette en danger déraisonnable s'il tente de fournir une assistance.

Cet article a été rédigé et/ou édité par l'équipe MIN basée au Royaume-Uni.

Les commentaires sont fermés.

Passer au contenu