Problème d'épurateur en boucle ouverte « surjoué »

« L'idée que les épurateurs à boucle ouverte seront interdits dans les ports est un faux problème », affirme le directeur de l'exploitation de CR Ocean Engineering

La question de l'interdiction des épurateurs en boucle ouverte est propagée pour effrayer les gens des épurateurs, selon Nick Confuorto, président et chef des opérations de CR Ocean Engineering, et conférencier principal à Maritime Week Americas.

"Le nombre de ports susceptibles d'interdire les épurateurs à boucle ouverte n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, mais est surestimé comme s'il s'agissait de la majorité des ports", a-t-il déclaré alors que l'industrie se prépare à se réunir à la Maritime Week Americas où Confuorto livrera un discours de conférence.

Maritime Week Americas, à Fort Lauderdale du 20 au 24 mai, rassemble des personnalités du secteur maritime en Amérique du Nord et du Sud et comprend une conférence de trois jours. L'événement de cette année sera probablement particulièrement animé car la question des prix du carburant et de l'intervention environnementale est si pressante pour l'industrie du transport maritime, comme l'explique Nick :

« Il y a deux problèmes clés en ce moment : le prix du carburant et si les épurateurs à boucle ouverte sont acceptables ou non.

« Le nouveau règlement de 2020 visant à réduire les émissions de soufre du transport maritime représente une amélioration environnementale très positive pour l'industrie maritime, mais l'utilisation de carburants à faible teneur en soufre ou de carburants lourds mais avec un épurateur en place représente un changement radical et la question de savoir quoi le prix que les armateurs paieront pour cette amélioration s'ils choisissent de ne pas déployer de solution d'épuration ne sera connu qu'en janvier 2020. »

Nick, qui est également président de l'Association des systèmes de nettoyage des gaz d'échappement (EGSA), explique qu'il est déjà trop tard pour que les propriétaires de navires installent des épurateurs à temps pour l'échéance de janvier :

« Les grandes entreprises ont mis en place des épurateurs pour être en avance sur la législation. Tous les secteurs industriels évoluent dans un environnement concurrentiel. Ainsi, à l'instar des entreprises du monde entier, de nombreuses compagnies maritimes tardent à prendre une décision le plus longtemps possible, mais la réalité est que la décision a déjà été prise pour elles.

"Il n'y a plus le temps d'installer un épurateur pour janvier, donc environ quatre-vingt-dix pour cent de tous les navires, tous ceux qui n'ont pas d'épurateur, devront acheter les nouveaux carburants à faible teneur en soufre à n'importe quel prix en janvier."

Nick présentera son point de vue au public de la conférence Maritime Week Americas le mercredi 22nd Mai.

Le programme complet de la conférence et les billets sont disponibles sur Petrospot.

Les commentaires sont fermés.