Les malheurs du vaisseau-phare de la planète…

Le bateau-phare historique Planet de Liverpool a été vendu à un acheteur anonyme pour moins de la moitié de la somme que le Canal and River Trust (CRT) a payée pour que le navire soit remorqué loin du Canning Dock de Liverpool.

Il semble que certains craignent également que l'organisme de bienfaisance concerné n'ait pas le droit de vendre le navire.

D’après Détective Privé, le CRT a vendu le navire pour 12,500 70,000 £, ce qui était plutôt inférieur au prix de la ferraille estimé de XNUMX XNUMX £ donné dans une évaluation officielle l'année dernière. Il est également bien en deçà de la valeur d'un tel navire alors que c'est aussi le dernier navire-phare avec équipage à avoir travaillé dans les eaux britanniques. Elle était également une caractéristique de longue date du front de mer de Liverpool.

Le CRT a blâmé le propriétaire de Planet, Alan Roberts, suggérant que ses efforts pour faire connaître le retrait de son engin avaient « pour effet de dissuader les acheteurs potentiels ». Le CRT essaie apparemment toujours de donner à M. Roberts une facture de 43,000 XNUMX £ supplémentaires pour couvrir le coût du déplacement de Planet vers Sharpness, ainsi que les frais de stockage et les frais juridiques liés à la vente.

M. Roberts avait dirigé un café à bord du Planet et avait également hébergé un petit musée de la radio maritime géré par des bénévoles. En avril 2016, le CRT a envoyé à M. Roberts un «avis de retrait de bateau» de plus de 3,500 XNUMX £ de frais d'amarrage dus à la fiducie, qui gère Canning Dock, un point chaud touristique entre le musée maritime de Merseyside et le musée de Liverpool.

"Nous serions déçus si le Light Ship devait quitter [Liverpool] étant donné ses liens historiques avec la région", a écrit la directrice du CRT, Chantelle Seaborn, dans la lettre.

Les actions ultérieures de la CRT ne l'ont pas confirmé. Bien que la question des frais d'amarrage ait été résolue par le tribunal de comté (la facture a depuis été payée), la fiducie a affirmé qu'elle avait le droit de retirer et de vendre Planet aux termes de son accord d'amarrage, et qu'elle pouvait répercuter tous les coûts de ceci à M. Roberts.

En septembre dernier, il a saisi Planet et l'a remorqué jusqu'au lointain Sharpness, près de Gloucester. Le remorqueur à lui seul a coûté 14,000 XNUMX £, avec des coûts supplémentaires pour l'assurance et la planification du passage pour emmener Planet en mer. Cela signifiait également que M. Roberts devait désormais faire face au double de ce coût considérable afin de récupérer son navire et de le faire remorquer.

Après avoir accumulé des coûts ridicules sur la ligne et vendu Planet pour une bouchée de pain, le CRT est maintenant susceptible de perdre sa poche. Seaborn a déclaré dans un communiqué le mois dernier que l'acheteur effectuerait des travaux de restauration et proposerait ensuite Planet à la revente.

"J'espère qu'une entreprise, un groupe ou un individu à Liverpool sera en mesure d'acheter le bateau-phare rénové et de le ramener à Liverpool sous une nouvelle direction", a-t-elle déclaré.

M. Roberts dit qu'il pense que le CRT avait l'intention dès le départ de le priver définitivement de son navire et envisage une action en justice avec l'aide d'avocats sans frais.

Les commentaires sont fermés.

Cette page a été traduite de l'anglais par GTranslate. L'article original a été rédigé et/ou édité par l'équipe MIN basée au Royaume-Uni.

Passer au contenu