Tapio Lehtinen aperçu au large des Açores

AGENCE PHOTO PPL – SANS COPYRIGHT pour un usage éditorial uniquement CRÉDIT PHOTO : Peter Foerthmann/Windpilot et Les Gallagher/Fishpics/PPL Tél : +44(0)7768 395719 E.mail : ppl@mistral.co.uk web : www.pplmedia. com ***Golden Globe Race 2018 : 8 mai 2019. Tapio Lehtinen naviguant sur son Gaia 36 Asteria, à 4 milles à l'ouest de l'île de Faial aux Açores lors d'un rendez-vous impromptu avec un représentant de son sponsor de girouette Windpilot, à environ 1,100 XNUMX milles des Ligne d'arrivée des Sables d'Olonne.

Naviguer sur son Gaia 36 Asteria avec le spi tendu par un temps magnifique, Tapio appréciait clairement son long tour du monde en solo prolongé par la croissance des balanes sur la coque. « Il fait clair et paisible et j'avance bien vers les Sables d'Olonne. » Il dit. Tapio Lehtinen, le 5ème et dernier skipper finlandais participant à la Golden Globe Race, a eu hier un rendez-vous inattendu au large de l'île de Faial aux Açores avec le représentant local de son sponsor autoguidé Windpilot.

Tapio Lehtinen navigue sur son Gaia 36 Asteria, à 4 milles à l'ouest de l'île de Faial aux Açores lors d'un rendez-vous improvisé avec un représentant de son sponsor girouette Windpilot, à quelque 1,100 XNUMX milles de la ligne d'arrivée des Sables d'Olonne.

Cet homme de 61 ans originaire d'Helsinki a également déclaré qu'il prenait du poids, même s'il était à court de gaz de cuisine il y a trois semaines. "Tesco m'a donné beaucoup de bonne nourriture et je me suis maintenant habitué au porridge froid le matin et à un dîner froid le soir." Ironiquement, le gaz s'est épuisé au moment où il attrapait un poisson volant et depuis, il mange un buffet varié.

Durant la nuit, les vents sont devenus violents, ce qui a conduit à une course de 122 milles au cours des dernières 24 heures, soit le double de sa course quotidienne moyenne depuis le contournement du Cap Horn il y a plus de 2 mois. Tapio rapporte : « Il faut respecter l'Atlantique Nord, le SW a hurlé et soufflé des rafales à plus de 50 nœuds toute la nuit. Il y avait un récif n°4, 1/4 Yankee et 1/3 Staysail, mais il aurait dû démonter la grand-voile car elle a tellement heurté les vagues que le hale-bas s'est cassé. Je devrais pouvoir le réparer une fois de plus avec ma Makita lorsque le vent tombe. À grande vitesse ! »

La mauvaise nouvelle est que dans la course virtuelle de Tapio contre le temps de victoire de Sir Robin Knox-Johnston 50 ans auparavant, l'écart entre Asteria et Suhaili s'est maintenant étendu à 678 milles, de sorte que le Finlandais finira bien en dehors du tour du monde de référence de 312 jours de Sir Robin en 1968/9.

Pour l'avenir, Tapio approche du golfe de Gascogne à une bonne période de l'année où les vents sont généralement stables et de direction favorable. Le tracker de course prédit le 23 mai, sur la base de sa moyenne de 3.2 nœuds depuis le départ, mais les organisateurs de la course s'attendent à ce que la croissance des balanes ralentisse Asteria chaque fois que les conditions sont légères, et Tapio pourrait ne pas terminer sa quête avant le 26 mai.

Les organisateurs de la GGR préparent un accueil chaleureux pour Tapio à son retour. Pour aider à la planification, les médias qui envisagent de couvrir son arrivée doivent envoyer un e-mail barry@goldengloberace.com avec leurs exigences.

Les commentaires sont fermés.