Uku Randmaa décroche la 3e place du podium de la Golden Globe Race

AGENCE PHOTO PPL – SANS COPYRIGHT pour un usage éditorial uniquement CRÉDIT PHOTO : Jane Zhou/GGR/PPL Tél. : +44(0)7768 395719 E.mail : ppl@mistral.co.uk web : www.pplmedia.com ***2018 Golden Globe Race : Uku Randmaa, le circumnavigateur solitaire estonien de 54 ans, a reçu aujourd'hui un accueil chaleureux à son retour aux Sables d'Olonne, en France, pour prendre la 3ème place du classement général de la Golden Globe Race 2018. Il a effectué le voyage de 28,000 254 milles en 18 jours, 40 heures et 65 minutes, ce qui comprend une pénalité de XNUMX heures pour avoir reçu des informations d'itinéraire météo privées d'un opérateur radio amateur.


JOUR 252 – Uku Randmaa décroche la 3e place du podium de la Golden Globe Race

Date : 10/03/2019 Les Sables d'Olonne, France

Son épouse Maibi et ses jeunes jumeaux, Thor et Orm, nés peu de temps avant son départ, l'attendaient sur le quai, ainsi que la famille de compagnons de route qui s'étaient entretenus à travers les bons et les mauvais moments à la radio.

Le vainqueur, Jean-Luc Van Den Heede, a été l'un des premiers à lui serrer la main suivi du Néerlandais Mark Slats, et deux qui ont été secourus en pleine mer, Loïc Lepage et Susie Goodall. Uku Randmaa a franchi la ligne d'arrivée des Sables d'Olonne à 09h00 UTC aujourd'hui pour s'assurer la troisième place de la Golden Globe Race.

Des milliers de personnes se sont alignées à l'entrée de la rivière pour apercevoir ce circumnavigateur solitaire estonien de 56 ans et son bateau.

CRÉDIT PHOTO : Jane Zhou/GGR/PPL
Grosse mer à l'arrivée. Une heure auparavant, Randmaa avait signalé qu'une bourrasque de pluie avait créé des conditions de voile blanc. Il ne pouvait pas voir plus loin que la proue de son bateau.

Après presque 252 jours de mer, il ne lui restait dans son garde-manger que trois paquets de soupe en poudre, et il attrapa à deux mains la pizza qui lui était offerte. Le champagne était aussi quelque chose à savourer, mais avant de boire une goutte lui-même, Uku a remercié Dieu pour son retour sain et sauf et en a versé un peu dans l'eau, puis a remercié son bateau Un et tous, arrosant davantage sur le mât et économisant la plus grosse somme pour son 2e équipier, son Hydrovane autoguidé, avant de le faire passer à ses confrères skippers GGR.

Parlant de son alimentation, il a déclaré : « Je pense que j'ai dû perdre au moins 20 kg. Par Hobart, je savais que j'allais manquer de nourriture alors j'ai divisé ce qu'il me restait par deux… et puis je l'ai divisé par deux de plus. J'avais deux repas par jour ; un plat lyophilisé et une tasse de soupe, mais cela a été très bon pour ma santé. Si je faisais un travail physique, je me fatiguais tôt, mais ce n'était pas un problème majeur.

« La partie la plus difficile du voyage a été le manque de vent. J'ai été coincé dans le système anticyclonique de Sainte-Hélène pendant plus d'une semaine. Ma plus grande inquiétude était de garder le bateau en un seul morceau. J'avais peur que si quelque chose se brisait, je ne pourrais pas finir la course.

Une autre réflexion sur le voyage était la quantité de déchets dans les océans. « La plus grosse pollution – principalement du plastique – a eu lieu après le passage du Cap de Bonne-Espérance. Il y en avait des ruisseaux dans l'océan. À un moment donné, je suis tombé sur une porte et à une autre occasion, un arbre complet. Si j'avais touché ça, je pense que ma direction se serait cassée.

Qu'est-ce qu'il a le plus apprécié ? « Oh, l'océan Austral : les vagues, la solitude. Les vagues étaient incroyables. Je les ai regardés pendant des heures et chacun était différent.

Les balanes étaient un problème permanent. « À Hobart, quelqu'un a dit 'J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour toi Uku… La bonne nouvelle est que tu pourrais réduire de 10 jours ton temps de voyage. La mauvaise nouvelle, c'est que vous devez nettoyer le fond vous-même !'.

« C'était assez effrayant de voir votre bateau de l'extérieur. Les eaux étaient autour de 6°C. Je portais ma combinaison de survie mais elle flottait très bien, j'ai donc dû mettre des suspentes sous la quille et me tirer vers le bas pour gratter la coque.

"C'était mon plus grand rêve dans la vie et je suis très, très heureux de l'avoir réalisé… Et pour cela, je dois remercier ma femme."

Randmaa passe le Cap de Bonne Espérance à la 5e place, et remonte jusqu'à la 3e place dans les dures conditions rencontrées dans le sud de l'océan Indien qui ont conduit au sauvetage de trois autres concurrents, l'Indien Abhilash Tomy, l'Irlandais Gregor McGuckin et le Français Loïc Lepage. L'Estonien était à la 3e place de l'arrêt du film Hobart et a maintenu cette position jusqu'à l'arrivée malgré une pénalité de 72 heures qu'il a reçue le 20 janvier pour des informations de routage privées obtenues auprès d'un opérateur radioamateur.

L'Américain/Hongrois Istvan Kopar, 4e, est désormais à moins de 950 milles de l'arrivée et devrait atteindre Les Sables d'Olonne les 18 et 19 mars.

Save the Date: programme de remise des prix GGR, le 22 avril

La remise des prix GGR 2018 aux Sables d'Olonne est fixée au 22 avril, le jour où Sir Robin Knox-Johnston a réalisé le premier tour du monde en solitaire sans escale 50 ans auparavant.

Les célébrations du lundi de Pâques comprendront une conférence de presse et des opportunités d'interviews en tête-à-tête avec les skippers de la GGR 2018, une annonce et une introduction aux skippers entrant dans la prochaine GGR en 2022, et la publication du rapport indépendant très attendu de Sir Robin Knox-Johnston sur les leçons. appris dans le gros temps et les techniques de survie employées par les skippers lors de la course 2018.

Il sera également possible de naviguer à bord du célèbre yacht Golden Globe Race 1968/9 de Bernard Moitessier Joshua tout le week-end au départ de Port Olona les 20/21/22 avril, organisé par les Amis du Musée Maritime de La Rochelle.

Alors pourquoi ne pas prévoir de fêter le Week-end de Pâques aux Sables d'Olonne !

Position relative d'Istvan Kopar dans l'Atlantique Nord à 04h00 UTC aujourd'hui

Position des skippers à 04h00 UTC 11.03.19

Skipper Distance pour finir VMG au cours des dernières 24 heures Environ. distance derrière le leader 
1 Jean-Luc VDH (FRA)
Rousseur 36 matmut
Fini 0 nœuds  211j 23h 12m 19s
2 Marquer les lattes (NED)
Rousseur 36 Ohpen non-conformiste
Fini 0 nœuds 216j 00h 18m 30s Inc. 36h de pénalité
3 Uku Randmaa (EST) Rustler 36 Un et tous   Fini 0 nœuds 254j 18h 40m 00s Inc. 72h de pénalité
4 Istvan Kopar (États-Unis)Tradewind 35 Macareux  950  4.9 nœuds 0
5 Robin Knox-Johnston (GBR) Suhaili position de course virtuelle en 1969 (9 mars) 4353  2.0 nœuds 3403
5 Tapio Lehtinen (Fin) Gaia 36 Asteria 4821 0.3 nœuds 3871

Classe de Chichester

Igor Zaretskiy (RUS) Endurance 35 émeraude - arrêté à Albany, dans l'ouest de l'Australie

Retraité  254 jours 18h et 40 minutes.

Ertan Beskardes (GBR) Rustler 36 Loutre paresseuse
Kevin Farebrother (Australie) Tradewind 35 Sagarmatha
Nabil Amra (PAL) Biscaye 36 Liberté II
Philippe Péché (FRA) Rustler 36 PRB
Antoine Cousot (FRA) Biscaye 36 Intérim métier
Sont Wiig (NOR) OE32 Olléanna
Abhilash Tomy (IND) Réplique Suhaili Thuriya
Gregor McGuckin (IRE) Biscaye 36 Endurance énergétique Hanley
Francesco Cappelletti (ITA) Endurance 35 007
Loïc Lepage (FRA) Nicholson 32 Laaland
Susie Goodall (GBR) Rustler 36 DHL Lumière des étoiles
Mark Sinclair (Australie) Lello 34 Coco

Les commentaires sont fermés.