HMRC annonce une consultation sur la disparition du diesel rouge

IWA appelle les plaisanciers et les exploitants de chantiers navals à répondre à une Consultation HMRC suite à l'annonce qu'il sera interdit aux embarcations de plaisance privées au Royaume-Uni d'utiliser du diesel rouge. La consultation, sur les délais probables requis pour la mise en œuvre du changement, fait suite à la déclaration du budget de printemps selon laquelle HMRC chercherait des preuves sur l'impact de la proposition du gouvernement de se conformer à l'arrêt rendu l'année dernière par la Cour européenne de justice.

L'IWA a rencontré des responsables du HMRC à la fin de l'année dernière, ainsi que British Marine, la Cruising Association et la Royal Yachting Association ; les quatre organismes représentatifs de la navigation de plaisance faisant valoir qu'un changement vers l'utilisation de diesel blanc créerait des problèmes insurmontables pour les utilisateurs de bateaux et l'industrie.

La mise en œuvre de l'arrêt signifierait la fin de l'utilisation du diesel rouge pour toute navigation de plaisance. Alors que le diesel rouge pourrait continuer à être utilisé pour le chauffage, il devrait être dans un réservoir séparé, et il n'y aurait aucune dispense pour une quelconque proportion de carburant utilisé par le moteur pour produire de la chaleur et de la lumière. Les bateaux exploités commercialement pourraient toujours utiliser du diesel rouge, tout comme les plaisanciers résidentiels munis d'une preuve d'amarrage fixe, mais les bateaux sans amarrage à domicile qui naviguent en permanence devraient utiliser du diesel blanc.

L'IWA considère qu'il n'est pas pratique pour la plupart des bateaux qui utilisent les voies navigables d'avoir deux réservoirs ; que des modifications inappropriées soulèveraient des problèmes de sécurité ; et que de nombreux fournisseurs de diesel ne fourniraient tout simplement pas de diesel rouge et blanc en raison des coûts d'installation d'équipements supplémentaires. L'IWA est particulièrement préoccupée par le fait que ce changement pourrait encourager les gens à prendre des mesures qui pourraient avoir un impact négatif sur l'environnement et la sécurité, telles qu'une utilisation accrue de générateurs dans des espaces confinés ou des déversements de conteneurs de carburant achetés loin des voies navigables. L'IWA craint également que les coûts accrus auxquels sont confrontés à la fois les propriétaires de bateaux et les exploitants de chantiers navals rendent un passe-temps déjà coûteux inabordable pour certains plaisanciers existants et pour de nombreux nouveaux plaisanciers potentiels.

IWA acceptera l'offre de HMRC pour d'autres réunions au cours de la consultation, et encourage toutes les organisations nautiques, les chantiers navals, les fournisseurs de diesel et les propriétaires de bateaux à répondre à la consultation et à fournir des preuves des implications pratiques des propositions.

Une réponse à « HMRC annonce une consultation sur la disparition du diesel rouge »

  1. Paul Zvegintzov dit:

    Le diesel marin (rouge) a une faible proportion de biocarburant (teneur en eau plus faible). Le gasoil blanc (high biofuel) des véhicules est d'une part très souvent consommé et d'autre part constamment secoué, ne permettant ainsi pas au carburant et à l'eau de se séparer. Dans les bateaux, le carburant n'est utilisé que par intermittence et probablement pas du tout en hiver. La présence de biocarburant dans les bateaux provoque une séparation de l'eau qui à son tour permet au « carburant » de prospérer entre les couches de carburant et d'eau, provoquant des blocages de carburant sans fin. Les navires commerciaux doivent être contrôlés et enregistrés par le MCA . Ces navires devraient avoir droit au carburant en franchise de droits sur présentation d'un certificat pertinent. Les bateaux de plaisance (non commerciaux) devraient payer la valeur totale du diesel rouge marin plus les taxes et la TVA. Le système actuel semble arbitraire, de nombreux fournisseurs de carburant marin vendant du diesel rouge aux navires commerciaux et de plaisance aux prix de base du carburant plus la TVA. Les réchauffeurs sur les bateaux de plaisance consomment très peu de carburant et certainement pas 40 % de la consommation totale des bateaux.