Kim Andersen : se préparer au changement

World Sailing aura son Réunion de mi-année 2019 du 16 au 19 mai à Londres, en Angleterre. C'est l'un des deux événements de l'année où le public peut assister aux processus de l'organisation. Ragots le rédacteur en chef Craig Leweck s'est entretenu avec le président de World Sailing, Kim Andersen, pour une mise à jour.


World Sailing est responsable du sport, ce qui inclut son implication dans les Jeux Olympiques, et ce rôle demande beaucoup d'efforts. Y a-t-il une préoccupation au sein de l'organisation que ce rôle enlève au reste du sport ?

C'est la principale préoccupation, et c'est aussi pourquoi c'est l'une des choses dans mon manifeste pour être élu président. Je disais que j'allais changer cela à l'avenir en créant une commission de gouvernance pour évaluer comment nous pouvons améliorer la structure de gouvernance, et une partie de cela consistait à régler le problème que vous avez mentionné.

En ce moment, le Conseil est super engagé dans les Jeux Olympiques, mais pas toujours pour le bien du sport mais pour l'intérêt des cours, et c'est pourquoi le nouveau commission de gouvernance propose un Conseil olympique qui serait un organe décisionnel distinct composé de spécialistes.

Cela ferait partie d'une refonte qui crée un certain nombre de commissions pour travailler sur tous les autres problèmes : développement des jeunes, comment améliorer l'engagement, comment mieux développer les classes, comment rendre notre réglementation des règles de navigation beaucoup plus facile, et bientôt. Que nous pouvons agir sur une base continue, puis lors de l'Assemblée générale annuelle une fois par an, nous pouvons nous concentrer sur tous les problèmes.

L'idée n'est donc pas d'avoir la structure actuelle où essentiellement une fois par an des idées sont soumises, puis dans les trois mois elles doivent toutes être votées pour ou contre. Au lieu de cela, ces idées peuvent être évaluées de manière plus approfondie tout au long de l'année, et si elles nécessitent une approbation, nous pouvons le faire plus rapidement lors de l'AGA.

Mais revenons à votre question, la voile est bien plus que les Jeux olympiques. Cela dit, les Jeux olympiques sont importants, mais ils devraient être traités avec la même importance que les autres aspects du sport, et c'est pourquoi la commission de gouvernance propose ce Conseil olympique.

L'équipement pour la voile aux Jeux olympiques a connu de nombreux changements au cours de l'histoire des Jeux, et il y a encore un changement proposé pour Paris 2024. Ce dernier changement est basé sur les préférences du Comité International Olympique, mais savons-nous vraiment ce que veut le CIO . Il semble qu'il y ait des conjectures… est-ce une bonne façon de le cadrer ?

Je pense que c'est la façon dont beaucoup de gens le voient, mais ce n'est pas la façon dont je le vois et je ne pense pas que ce soit réellement la façon dont le CIO essaie de le faire. Mais avant de répondre, je commence dans l'autre sens. Ce que le CIO veut que nous fassions, en tant que sport olympique, c'est de nous assurer que nous développons notre sport de la meilleure façon possible. Alors, quelle est la meilleure façon possible?

Une partie de l'équation est la question de l'âge. Nous avons beaucoup de participants plus âgés, mais nous manquons de segments plus jeunes, nous devrions donc utiliser la plate-forme olympique pour résoudre ce problème. Un autre problème est l'égalité des sexes. Quand j'ai été élu président, j'ai dit que la partie la plus importante du défi que nous avons dans la voile est que si nous ne changeons pas ce déséquilibre, nous perdrons de la pertinence en tant que sport.

Ne vous méprenez pas. Je n'ai pas peur que la voile disparaisse. Ce n'est pas ce que je dis, mais je suis sûr que nous allons perdre notre pertinence en tant que sport majeur et peut-être, avec le temps, perdre notre pertinence aux Jeux olympiques car, avouons-le, si vous n'êtes pas un sport équilibré, alors tu n'es pas si intéressant que ça. Mais pour attirer les jeunes et les femmes, c'est difficile si vous n'êtes pas équilibré, donc c'est super important.

Ce qui est intéressant, c'est comment le concept d'événements mixtes a évolué. Quand j'ai demandé au CIO après les Jeux Olympiques de Sydney 2000 s'il était possible d'introduire la voile mixte, ils ont en fait répondu non. Ils n'aimaient pas la voile mixte. Ils n'aimaient pas le badminton mixte. Ils n'aimaient pas beaucoup de choses parce qu'ils n'étaient pas sûrs que ce soit la façon de présenter le top absolu du sport.

Mais maintenant, ils ont changé. Alors dans leur Agenda olympique 2020, dans lequel le CIO a fait des recommandations détaillées pour l'avenir du mouvement olympique, ils le promeuvent en fait, et je pense que cela correspond parfaitement à ce que la voile devrait développer.

C'est pourquoi je suis très favorable à l'ardoise de événements nous avons maintenant sélectionné pour Paris 2024, non seulement parce qu'il est sélectionné, mais cela montre la diversité du sport que nous n'avons jamais vue auparavant. Toutes les disciplines qui sont dans les 10 événements, elles montrent, et peuvent montrer, une universalité beaucoup plus grande que ce que nous avons vu auparavant dans de nombreux événements.

Cela dit, je ne pense pas que le CIO devrait nous dicter quoi faire et je n'ai pas non plus le sentiment du CIO qu'ils le veuillent.

Dans le contexte d'autres sports, les épreuves de voile aux Jeux olympiques de 2016 se ressemblaient. Les marins peuvent apprécier les différences entre les bateaux, mais pour un étranger, ils voient 10 événements où les athlètes sautent de la même planche de 10 mètres mais portent des maillots de bain différents. Donc je comprends le désir de présenter des événements avec plus de différences dans l'espoir que ce sera plus intéressant pour l'étranger, mais au final cela fera-t-il bouger l'aiguille ?

Mais quelle est l'alternative? Que la voile aux Jeux olympiques ne reflète pas l'éventail complet de notre sport ? Même s'il lui serait difficile de le faire, car notre sport est si diversifié dans ses bateaux et ses formats, ce que nous avons actuellement, ce sont des événements qui se concentrent sur une très petite partie de notre sport qui est liée à la voile légère, et par conséquent ils tous se ressemblent.

Alors je demande si nous servons notre sport de la bonne manière pour que les Jeux Olympiques génèrent des revenus de 15 millions de dollars américains pour World Sailing ? Je ne sais pas, mais je vois que nous avons des opportunités beaucoup plus grandes par ce que nous faisons maintenant, en présentant un programme plus diversifié, sans que ces décisions n'affectent négativement le sport.

Alors on y va. Le meeting de mi-année de World Sailing a des décisions à prendre pour Paris 2024. Que peut-on anticiper ?

Tout d'abord avec le processus du Règlement 23, qui consiste à sélectionner le type d'épreuves puis à sélectionner les équipements pour l'épreuve. C'est un processus en cours, que j'ai repris lorsque je suis devenu président, et dont la mise en œuvre avait environ un an de retard, ce qui signifie que, conformément à la réglementation, nous devions le faire et nous devions également accélérer le processus.

C'est une couche du processus, puis une autre couche est l'UE anti-monopole venant de côté, nous avons donc dû vérifier où en sommes-nous à ce sujet. Et enfin, nous avons le FRANDly, comme je l'appelle, comme troisième couche du processus.

Dans la première couche, c'est-à-dire le règlement, là on choisit les épreuves puis on choisit le matériel. Dans ce processus, nous avons alors décidé que l'équipement pour l'épreuve de dériveur monoplace hommes et femmes et pour les épreuves de planche à voile hommes et femmes, devrait être testé en raison de la législation de l'UE. C'est pourquoi ces deux classes ont été choisies pour un essai.

Alors maintenant, en ce qui concerne la réunion de mi-année, il y a eu un essai dans lequel le laser a été évalué aux côtés de trois autres entrées qualifiées, et il y aura une recommandation du comité de l'équipement sur la base de cet essai, recommander au Conseil que le Laser et le RS Aero soient des équipements appropriés. Après tous les tests, évaluations et recommandations, à la fin de tout cela, c'est au Conseil de prendre cette décision.

Pour la planche à voile, nous n'avons pas eu d'essais car en disant ce que nous aimerions pour cet événement, les spécifications de cet équipement pour cet événement, le résultat était très, très proche de ce que nous avons déjà, c'est-à-dire le RS : X, c'est donc la recommandation, qui consiste à conserver l'équipement actuel.

Et puis nous avons l'événement cerf-volant, et il a été proposé d'utiliser ce qu'ils appellent un équipement enregistré dans lequel deux ou trois ans avant les Jeux olympiques, ils fournissent aux fabricants d'équipements une norme de qualité qui peut être utilisée aux Jeux olympiques.

C'est ainsi que se déroulent désormais les courses de kite, et cette flexibilité avant Paris permettra de poursuivre l'évolution du matériel, mais aussi seulement dans une certaine mesure. À un moment donné, il doit geler pour que tous ceux qui vont aux Jeux olympiques aient les mêmes possibilités. Je pense que ce système sera la recommandation du comité de l'équipement.

Ensuite, nous avons le dernier, l'événement offshore. Cela a pris du temps, mais les gens commencent lentement à comprendre que cet événement n'est pas une question d'équipement. Il s'agit en fait d'être une bonne équipe mixte sur un bateau en double. L'équipement est secondaire, ce qui est exactement ce qui est disponible dans le monde. Semblable à la façon dont la plupart des événements de match race sont organisés.

À l'heure actuelle, il existe un groupe de travail qui identifie l'équipement approprié pour répondre aux normes de sécurité, mais également adapté à ce type de course en double, disponible dans le monde entier. Disons qu'il y a peut-être une vingtaine d'options sur cette liste. Cette liste sera présentée lors de la réunion de mi-année, puis jusqu'à la réunion annuelle en novembre, nous aurons des commentaires sur tous les bateaux de type similaire que nous ne connaissions pas. Il s'agit d'utiliser les meilleures options disponibles dans différentes régions pour les événements de qualification

Alors on navigue dans les bateaux disponibles, et puis fin 2023, World Sailing va sélectionner un bateau pour les 12 ou 15 participants aux JO 2024 et ça va être un bateau livré aux Jeux de cette liste . Ces informations font toutes partie du soumission en ligne.

Lors de la réunion annuelle 2018, c'était un aspect important de la présentation, en ce sens que l'événement offshore ne mettrait pas l'accent sur l'équipement. La sécurisation de l'équipement était considérée comme une dépense énorme, alors ce que j'entends, c'est que cela reste une partie importante de la planification de cet événement. Est-ce correct?

C'est 100% correct. La disponibilité d'équipements adaptés à travers le monde est très, très importante pour garder l'événement offshore aussi ouvert que possible et aussi accessible que possible. C'est ainsi que se déroulent les courses de quillards au large, et c'est aussi ce que sera cette épreuve mixte.

Cependant, il y a toujours une course aux armements aux Jeux olympiques. C'est inévitable car certaines nations dépenseront toujours beaucoup d'argent pour une médaille olympique. Mais nous pouvons limiter cette course aux armements au moment où nous sélectionnons le bateau, donc peut-être pendant huit à neuf mois maximum. Fondamentalement, l'idée et la structure sont d'être aussi inclusifs dans les qualifications en utilisant l'équipement déjà présent.

Est-ce un objectif des Rencontres de Mi-Année, en dehors de l'événement offshore, de sélectionner les équipements qui seront utilisés à Paris ?

Dès le meeting de mai, nous devrions connaître le double mixte, où se trouve le 470. Nous devrions connaître le windsurf, le RS:X. Nous devrions connaître le canot monoplace qui sort des essais et nous devrions connaître les cerfs-volants. Et pour tous ces bateaux, ils seront soumis, s'ils sont élus, à pouvoir se conformer au FRAND.

FRAND ? Qu'est-ce que c'est?

FRAND est l'acronyme de « Juste, raisonnable et non discriminatoire ». Ce sont les conditions de licence qui se rapportent à la fabrication de l'équipement. Prenez le Laser, par exemple, qui a eu des limites sur qui peut construire et où ils peuvent vendre. Cependant, si vous vouliez construire des lasers, une politique FRAND fournirait un système où vous pourriez réellement postuler pour le faire. Pour l'équipement olympique, c'est désormais important.

Le laser a été présenté comme équipement aux Jeux olympiques pour les Jeux de 1996. Pourquoi nous soucions-nous de FRAND maintenant?

Nous nous soucions de FRAND maintenant parce que je pense que tout devient de plus en plus commercial. Il y a plus d'argent dans notre sport, et je pense que cela pousse cette partie. Lorsque vous regardez tous les équipements répertoriés aux Jeux olympiques d'aujourd'hui, et que vous regardez les monopoles, comme les gens les appellent, et les classes ouvertes, nous n'avons pas plus de constructeurs participant aux Jeux olympiques à partir des classes ouvertes. Il y a les monopoles.

Avec la classe 470, c'est Mackay qui est de loin le fournisseur dominant et Bootswerft Ziegelmayer étant le numéro deux, et puis vous aviez un bateau à Rio d'un troisième fournisseur. Si vous regardez le Finn, qui est totalement ouvert dans cette classe, parmi les 23 bateaux de Rio, presque tout le monde avait de nouveaux Devotis. C'est donc aussi proche que possible d'un monopole dans une classe ouverte.

Si vous regardez ensuite le 49er, où vous avez un monopole avec plusieurs constructeurs sélectionnés, alors il est uniformément réparti. Bien sûr, avec le Nacra 17 ou RS:X, il n'y a qu'un seul constructeur, mais ce que j'essaie de dire, c'est qu'au niveau de la compétition, produire du bon matériel pour les JO, il n'y en a toujours que quelques-uns qui peuvent le faire.

Ce que j'aimerais voir, c'est l'utilisation de FRAND et des tolérances beaucoup plus strictes sur tout ce que nous faisons. En resserrant les tolérances, davantage de fabricants peuvent construire les bateaux, ils peuvent se concentrer sur la construction de bateaux de qualité et ils peuvent se concentrer davantage sur l'entretien du marin. Tout cela ferait plus pour profiter au sport.

La question du FRAND a-t-elle également été soulevée en raison d'un litige contre World Sailing ?

Nous avons eu une allégation de Luca Devoti et de plusieurs autres fournisseurs d'équipement de voile, où ils se sont réunis et ont lancé une affaire anti-monopole de l'UE contre World Sailing. Leur position était pour un examen de tout l'équipement olympique car il ne peut pas être juste que la possibilité de fabriquer certains équipements ne soit pas disponible. Cela a précédé ma présidence, et j'ai poussé à traiter la question pour savoir ce qui se passe.

Nous avons donc demandé des conseils juridiques et les conseils juridiques nous ont dit que World Sailing était en train de créer ou de se lancer dans une possible affaire anti-monopole, c'est-à-dire lorsque nous choisissons l'équipement pour une discipline. Par exemple, c'est lorsque nous mettons un Laser dans la discipline d'une personne, car cela donne un avantage au Laser par rapport à d'autres bateaux monotypes similaires, si nous ne révisons pas régulièrement le choix de l'équipement.

Ainsi, par exemple, en faisant participer le Finlandais aux Jeux olympiques pour 17 Jeux sans jamais se demander si un autre bateau devrait s'intégrer, c'était, selon l'avocat, la plus grande infraction que nous pourrions faire selon s'il y avait un cas avec l'UE.

Donc personne ne le sait, mais ils disent que s'il y avait un cas avec l'UE, il ne semblerait pas juste que vous ne permettiez pas à d'autres classes d'entrer dans une discipline olympique qu'elles peuvent faciliter. C'est là que vous avez violé. Ainsi, lorsque nous avons examiné nos processus, le problème ne concernait pas la façon dont nous sélectionnions l'équipement, mais plutôt notre processus n'incluait pas d'intervalle d'examen planifié.

Ainsi, en 2017, nous avons décidé que tous les huit ans, nous procéderions à une évaluation des équipements afin de nous assurer que nous nous ouvrons à un examen équitable des équipements alternatifs afin d'éviter tout problème avec une affaire anti-monopole de l'UE.

Mais Luca et d'autres n'ont pas aimé cette réponse parce qu'il ne s'agissait pas de ce qu'ils aimeraient faire, c'est-à-dire fournir l'équipement. Et il y a beaucoup de MNA (nations membres) qui se sont manifestés parce qu'ils n'avaient pas de fournisseurs dans leur pays et que leurs restrictions douanières étaient si coûteuses. C'est pourquoi nous avons vu FRAND comme une solution. C'est comme ça.

Luca a quand même lancé sa réclamation auprès du Commission européenne et ils n'ont pas décidé de sa véracité. C'est à la commission maintenant, et ils demandent parfois des informations, mais ce n'est pas vraiment un problème majeur en ce moment.

Ceci est la partie 1 de l'entretien. Cliquez sur ici pour la partie 2. 

Les commentaires sont fermés.