Sonihull nettoie en Norvège

L'entreprise basée au Royaume-Uni, devenue le premier spécialiste mondial de l'encrassement biologique par ultrasons, aide à montrer la voie vers un avenir de navigation de plaisance zéro toxine grâce à un projet de 3 ans dans les eaux cristallines de Norvège.

NRG Marine, le fabricant britannique de systèmes antisalissure à ultrasons Sonihull, a aidé le projet « Green Marina » en Norvège à obtenir des résultats étonnants grâce à ses recherches sur une approche zéro toxine de la navigation de plaisance.

Le projet a montré qu'une combinaison de seulement trois mesures respectueuses de l'environnement maintiendrait une coque en parfait état et exempte de croissance marine.

Le World Wildlife Fund (WWF) est un partenaire proche du projet Green Marina, qui est au milieu d'un essai de 3 ans au Vollen Marine Center près d'Oslo, financé par l'Agence norvégienne pour l'environnement et le Conseil norvégien de la recherche.

Anders Øgaarden

« À notre avis, la combinaison de trois éléments clés : un revêtement à faible friction, le système antisalissure à ultrasons Sonihull et un lave-bateau, est un gagnant-gagnant pour les propriétaires de bateaux et l'environnement », déclare Anders Øgaarden, coordinateur. du projet 'Green Marina'.

« Premièrement, il y a une application unique d'un revêtement de coque durable et glissant. En plus d'éviter les émissions de COV lors de l'application, nos tests ont montré que les bateaux bénéficieront également d'une vitesse considérablement accrue et d'une réduction de la consommation de carburant.

« Deuxièmement, le système Sonihull empêche l'installation de macro-croissance sur la coque (adventices, balanes, moules, etc.). Toute boue légère restante ou petits cas de micro-croissance sont facilement éliminés par le troisième élément, un lavage à pression régulier ou, dans le cas du Vollen Marine Centre, le lave-coque Bigwash 16 de Drive-in Boatwash.

« Des bateaux 100 % respectueux de l'environnement, plus rapides, moins de carburant utilisé, une coque scellée/étanche, des coûts réduits pour le propriétaire du bateau, plus de temps de navigation et moins de temps consacré à l'entretien du bateau. Il n'y a pas d'inconvénient.

« Une interdiction des biocides à base de cuivre dans les revêtements marins est inévitable. La recherche et le développement de solutions alternatives sont essentiels pour obtenir un environnement marin durable », conclut Anders Øgaarden.

Rendez visite à l'équipe Sonihull sur le stand J342 à Ocean Hall au salon nautique TheYachtMarket.com de Southampton du 14 au 23 septembre.

Les commentaires sont fermés.