L'Europe craint l'impact du drame Laser Class

Publié le 4 avril 2019 – La santé d'une classe monotype dépend de plusieurs variables, et bien que certaines soient émotionnelles et culturelles, l'aspect le plus noir et blanc est l'offre. Lorsqu'une classe monotype n'a pas de fournisseur fiable, de mauvaises choses arrivent.

Ainsi, lorsque l'International Laser Class Association (ILCA) a annoncé qu'ils étaient résiliation du contrat de constructeur avec LaserPerformance (LP), qui est le fournisseur de l'Europe (et des Amériques, du Moyen-Orient, de l'Afrique, de la Russie et de certaines parties de l'Asie), il a naturellement envoyé des ondes de choc à travers le continent.

Jean-Luc Michon, président de la Classe laser région européenne (EurILCA), a fourni cette déclaration à l'Association italienne de la classe laser :

Lorsque l'ILCA a supprimé LaserPerformance (LP) en tant que constructeur agréé, ce fut une surprise pour beaucoup de marins, d'officiers de classe et de revendeurs Laser.

Les dirigeants d'EurILCA et les représentants européens au Conseil mondial (Alexandra Behrens, Heini Wellmann et moi-même) regrettent cette décision et ont poussé à la négociation. Nous avons proposé d'être les médiateurs entre ILCA et LP pendant quelques mois.

L'Europe représente près de 70% des marins de la classe Laser et les grandes circonscriptions européennes comme l'Allemagne ou l'Italie ont presque le même nombre de membres que la région nord-américaine (USA et Canada ensemble).

Nous sommes désolés de la situation et regrettons que notre proposition de médiation, qui, selon nous, aurait été dans le meilleur intérêt des marins européens, ait été rejetée.

La raison officielle de la suppression de LP en tant que constructeur était qu'ils ont refusé à l'ILCA l'accès à leurs installations pour inspecter les bateaux pendant la fabrication, comme l'exige le manuel de construction laser (LCM).

Nous tenons à préciser que la raison de l'inspection n'était pas que les Lasers construits par LP étaient illégaux et non selon le LCM. Ainsi, tous les Lasers construits par LP portant une plaque sont des bateaux de classe légale. Chaque nouveau Laser légal de classe doit avoir une plaque World Sailing avec son numéro de coque fixé à l'intérieur du cockpit. La plaque est délivrée par l'ILCA.

EurILCA tient à souligner que les bateaux de chaque constructeur actuel (PS Australie ou PS Japon) ou ancien constructeur LP sont tous équivalents et très bien finis.

EurILCA souhaite que le Laser reste olympique. EurILCA estime que le résultat de la récents essais en mer à Valence était très positif et place le Laser dans une position de force pour être sélectionné pour les Jeux Olympiques.

Cependant, World Sailing a demandé aux classes olympiques d'adopter une Politique FRAND ce qui permettra d'avoir plusieurs constructeurs même dans la même région. EurILCA fait toujours pression pour une médiation entre LP et ILCA et pour un compromis acceptable par World Sailing, ILCA et LP concernant une politique FRAND.

À la lumière du résultat positif des essais en mer, EurILCA estime qu'un tel compromis peut être atteint sans mesures drastiques contre LP.

EurILCA ne souhaite pas voir une concurrence pour un bateau plus rapide (ce qui peut résulter d'un trop grand nombre de constructeurs agréés suite à l'ouverture du marché) mais souhaite garder l'idée que tous les bateaux sont similaires et que seul le marin fait le différence.

EurILCA comprend qu'il y a des problèmes d'approvisionnement en Amérique du Sud et que les revendeurs Laser d'Amérique du Nord ont des difficultés à obtenir des pièces. Cependant, la situation est différente en Europe où il n'y a pas de problèmes d'approvisionnement et il existe un grand réseau de revendeurs.

En Europe, nous avons une relation solide avec les revendeurs Laser dans chaque pays et la classe a été construite avec une bonne relation de longue date avec LP.

La décision concernant le Laser Standard et le Radial de rester ou non aux Jeux Olympiques sera décidé en mai lors du meeting World Sailing.

EurILCA représente le droit des marins et tient à rappeler qu'une Rencontre Européenne d'EurILCA se tient chaque année avec des représentants de chaque district qui élisent annuellement le comité exécutif.

EurILCA tient également à souligner que toute décision de changer les rigs qui sont en discussion comme proposé par PS Australie avec les C5, C6 et C 7 et l'ARC proposé par LP doivent être soumis aux marins Laser pour un vote d'adhésion. Nous considérons qu'il est très important d'avoir l'avis des marins.

Les commentaires sont fermés.