Chartwell Marine nomme un architecte naval principal et se lance sur le marché des ferrys rapides

Christophe Rident Chartwell architecte naval senior

Le cabinet d'architecture navale britannique Chartwell Marine a nommé Christophe Rident au poste d'architecte naval principal.

L'entreprise, qui prévoit de se développer sur le marché des ferries rapides en 2024, affirme que Rident soutiendra les activités de conception et de commercialisation éventuelle de ferries.

Rident nous rejoint chez BMT, où il a développé des solutions de ferry rapide et de navire commercial entièrement électriques et hybrides.

Traditionnellement propulsé au diesel, le marché des ferrys rapides explore désormais des options à faibles émissions à mesure que les objectifs de décarbonation deviennent plus ambitieux.

Chartwell dit qu'il se concentre désormais sur le secteur, en examinant les voies les plus pratiques et les plus rentables pour réduire les émissions. Les défis identifiés dans le secteur incluent le fait que les ferries rapides entièrement électriques offrent les plus grandes réductions d'émissions, mais compromettent généralement la vitesse, atteignant actuellement environ 23 nœuds, contre 38 à 40 nœuds réalisables avec les ferries rapides alimentés au diesel.

Un autre défi auquel le secteur est confronté est la capacité des batteries, qui reste cruciale pour déterminer l'autonomie opérationnelle sans avoir besoin de recharge, un facteur qui affecte directement la vitesse. Le succès dépend également de la nécessité de remédier à la rareté des bornes de recharge à terre le long des voies navigables, ce qui complique la logistique des trajets plus longs.

« Même si les opérateurs manifestent un vif intérêt pour la transition vers le tout électrique, la nécessité de s'intégrer à l'infrastructure de réseau terrestre existante, qu'ils ne possèdent généralement pas, entrave souvent les progrès », explique Rident.

« Dans de nombreux endroits du monde, où les ferries rapides pourraient bénéficier d’une solide industrie d’ingénierie locale ; Une infrastructure de réseau inadéquate combinée au manque d’espace disponible à terre pour les équipements de recharge rapide poussent les propriétaires vers une solution hybride pour réduire la dépendance à l’électricité. Dans le même temps, l’industrie hésite à adopter les batteries comme seule source d’énergie, car celles-ci sont encore souvent considérées comme une option volatile et peu fiable.

Rident poursuit : « Les réglementations sont essentielles pour stimuler les efforts de décarbonation. Par exemple, aux États-Unis, le California Air Resources Board (CARB) exigera que les exploitants équipent leurs ferries d’équipements de traitement des gaz d’échappement coûteux et exigeants en espace ou qu’ils en achètent de nouveaux électriques dans les années à venir. Le gouvernement fédéral a également lancé des initiatives visant à décarboner les voies navigables, en mettant l’accent sur l’électrification des embarcations rapides. D’un autre côté, la majeure partie de l’Asie n’est pas encore soumise aux réglementations de niveau 3 de l’OMI et continue pour la plupart d’utiliser du diesel pur. Dans ces pays, la transition vers les technologies vertes sera motivée par l’opinion des consommateurs, encourageant les compagnies de ferry à investir dès maintenant dans des solutions durables.

Andy Page, directeur général de Marine Chartwell, ajoute : « Alors que nous nous aventurons sur le marché des ferries rapides, nous visons à façonner un nouveau paradigme opérationnel centré sur une conception élégante, une taille compacte et une électrification renforcée par des partenaires côtiers proactifs. C'est ainsi que nous pensons pouvoir combler l'écart par rapport aux navires traditionnels propulsés au diesel. Nous sommes ravis d'accueillir Christophe dans l'équipe pour mettre à profit son expertise et nous aider à faire des ferries rapides le prochain grand acteur de la décarbonation.

Les commentaires sont fermés.

Cette page a été traduite de l'anglais par GTranslate. L'article original a été rédigé et/ou édité par l'équipe MIN basée au Royaume-Uni.

Passer au contenu