Le regard des marins sur la pollution plastique

19 mars 2015. Les bateaux affrontent une mer escarpée et agitée alors qu'ils passent East Cape, le point le plus oriental de la Nouvelle-Zélande.

C'était également l'occasion de partager leurs expériences de la crise du plastique océanique, notamment les chaises flottantes en plastique et la nécessité d'éduquer les enfants sur les moyens d'améliorer la santé de nos mers.

Dee Caffari, skipper de Turn the Tide on Plastic, Annemieke Bes de Sun Hung Kai/Scallywag, Mark Towill, co-skipper de Vestas 11th Hour Racing, Simeon Tienpoint skipper de l'équipe AkzoNobel, skipper MAPFRE Xabi Fernandez et Carolijn Brouwer de Dongfeng Race Team ont rejoint la discussion sur scène.

Le skipper de Turn the Tide on Plastic, Dee Caffari, a déclaré : « Nous avons été dans des endroits tels que l'océan Austral reculé, à des kilomètres de n'importe où, et nous y trouvions toujours du microplastique.

« En voyageant de Hong Kong à Auckland, nous avons traversé une belle île tropicale d'un côté du bateau et de l'autre il y avait des bouteilles et des emballages en plastique qui polluaient les belles eaux.

«Nous l'avons vu de première main et cela vous fait juste prendre conscience de l'ampleur de ce que nous nous battons pour protéger. Nous agissons désormais en tant qu'ambassadeurs du sport et de la santé des océans. »

Faisant la promotion de la campagne #CleanSeas de l'ONU Environnement, le bateau Turn the Tide on Plastic a collecté des échantillons de microplastiques pour permettre aux scientifiques de mieux comprendre l'ampleur du problème du plastique.

Mark Towill, directeur de l'équipe de Vestas 11th Hour Racing, a donné un ton positif à ce que la course a accompli en termes de promotion des problèmes et des solutions.

Il déclare : « Ces sommets océaniques ont été incroyables et les progrès que nous avons réalisés en tant que communauté sont incroyables et l'avenir est prometteur.

Carolijn Brouwer de Donfeng ajoute : « Pour mon fils qui me suit partout dans le monde, à Newport, par exemple, il y avait une zone d'exploration pour les enfants, et ils enseignaient aux enfants le plastique dans les océans.

« Je suis rentré à la maison un soir, et il y avait une note de mon fils sur mon lit, et elle disait:« Maman, je ne mettrai pas de plastique dans les océans et je le mettrai à la poubelle ». C'est une prise de conscience, c'est un impact – il n'a que sept ans, et quand il retournera à l'école, il fera un show-and-tell, et c'est le genre de choses qu'il partagera.

Le skipper de l'équipe AkzoNobel, Simeon Tienpoint, déclare : « Nos océans sont le plus beau jardin arrière que nous ayons au monde et tout comme nous apprenons à nos enfants à ne pas jeter de déchets dans la rue, nous devrions également leur apprendre à ne pas les jeter dans les océans. "

Annemieke Bes, de Sun Hung Kai/Scallywag, a raconté au public comment, même s'ils étaient au milieu de l'océan Atlantique, elle a vu une chaise en plastique flotter.

Au cours de l'événement de deux jours, une série d'annonces a permis d'élaborer une feuille de route pour les solutions futures visant à améliorer la santé de notre mer, ouvrant la voie à un avenir plus sain pour nos océans.

Une réponse à "Le point de vue des marins sur la pollution plastique"

  1. Ben dit:

    C'est bien de voir ça couvert !